Société civile africaine : de la nécessité d’autonomiser les jeunes et les femmes pour consolider la paix et prévenir les conflits

En Afrique de l’ouest, particulièrement dans l’espace CEDEAO, les femmes et les jeunes continuent de figurer parmi les catégories les plus vulnérables et les plus marginalisées, alors qu'ils constituent la vaste majorité des populations des différents pays.
En effet, dans le domaine de la paix et la sécurité, ils sont quasiment exclus des instances décisionnelles car leur participation demeure très faible et leurs préoccupations sont très rarement prises en compte lors de la négociation et/ou la résolution des conflits.

Le réveil de la société civile en Afrique

Les organisations de la société civile sont devenues des acteurs majeurs dans la lutte contre la corruption.

Sous le soleil ardent d’un lundi, un groupe de manifestants défile dans les rues de Kampala, la capitale ougandaise. Tous sont vêtus de noir, couleur de deuil dans plusieurs pays africains. Il s’agit, expliquent-ils, de marquer la tragédie que représente la corruption pour les finances publiques. « endez-nous notre argent et démissionnez », peut-on lire notamment sur certaines des pancartes qu’ils brandissent. Depuis novembre 2012, chaque premier lundi du mois, le Black Monday Movement, une coalition d’ONG locales et de groupes de la société civile, descend dans les rues pour dénoncer les effets de la corruption en Ouganda.

Au Sénégal, gouvernement et société civile luttent contre les fausses nouvelles

Au Sénégal, les fausses nouvelles représentent un des enjeux de l’élection présidentielle du 23 février 2019. Des activistes se mobilisent pour lutter contre leur propagation. Sur des blogs, des sites ou via les réseaux sociaux, des initiatives voient le jour pour améliorer la qualité de l’information et du débat démocratique.

Ils sont blogueurs ou simples citoyens. Sur les réseaux sociaux, ils tentent d’agir comme des modérateurs. Emmanuel Diokh est juriste, et enseignant à Dakar. Il forme ses élèves à l’usage des réseaux sociaux et intervient sur Twitter au contact de certains utilisateurs. Objectif éviter le partage de fausses nouvelles. Derrière son initiative, deux idées : d’abord faire avancer le débat démocratique avec des informations vérifiées, mais aussi limiter les prises de risques pour ceux qui partagent les fausses informations.

Commerce : la Cnuced dénonce « les illusions du libre-échange »

La Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement s'inquiète d'une économie mondiale « sous tension » et met en garde contre « l’impuissance à corriger les inégalités et les déséquilibres créés par l’hypermondialisation ».

On savait que la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (Cnuced) était la plus « à gauche » des filiales de l’ONU. Son rapport sur le commerce et le développement publié le 26 septembre et sous-titré « Pouvoir, plateformes et l’illusion du libre-échange » confirme son orientation anti-libérale et décrit l’évolution des économies les moins développées de façon très pessimiste.

Les violences faites aux femmes

Le concept de violences contre les femmes regroupe l’ensemble des comportements violents, individuels ou collectifs, exercés contre les femmes. Ces violences sont appliquées dans tous les domaines de la vie : au travail, dans un couple, dans la famille, à l’école, dans la rue...Toutes ces violences sont horribles mais je vais d’abord parler du viol.

Parlons du viol !
Ça peut arriver partout et à n’importe qui.

Autosuffisance alimentaire : pourquoi et comment l'Afrique compte relever le défi

"L'Afrique dispose d'assez de ressources pour passer du statut d'importateur à celui d'exportateur de nourriture", vient de révéler la présidente de l'Alliance pour une révolution verte en Afrique. Profitant de la tribune que lui a offerte ce mardi la septième édition du Forum pour la révolution verte en Afrique (AGRF) qui se tient à Abidjan, la capitale économique ivoirienne, sur le thème « Accélérer la marche de l'Afrique vers la prospérité : contribuer à la croissance des économies inclusives et à la création d'emplois à travers l'agriculture », Agnès Kalibata, présidente de l'Alliance pour une révolution verte en Afrique (Agra), a déclaré en présentant le rapport sur la situation de l'agriculture en Afrique à l'initiative de son organisme que l'agriculture impliquant une transformation inclusive, au-delà des plantations et de l'agro-industrie, serait le chemin le plus sûr et le plus rapide vers une meilleure prospérité sur le continent.

Le « Magique Système » du foot africain : entre arnaques et rêves brisés- Tidiany M'Bo

Le livre « Magique Système » dénonce le traitement des jeunes joueurs du continent de la part de clubs et d'agents prêts à tout pour s'enrichir. Les terrains de foot du continent africain sont devenus le terrain de chasse d'agents peu scrupuleux. L'Afrique, un eldorado pour les clubs du monde entier, un vivier « bon marché » dans lequel il est devenu facile de venir se servir. C'est en substance le message délivré par Magique Système, sorti le 31 janvier dernier aux éditions Marabout. Dans cet ouvrage, deux journalistes, Barthélémy Gaillard (Vice) et Christophe Gleizes (So Foot), dressent un constat alarmant sur les agissements dont sont victimes de jeunes footballeurs africains pleins d'espoirs. Le tout à travers un système où agents et clubs européens apparaissent autant bénéficiaires que complices, où les magouilleurs, faussaires, entités fédérales trouvent tous leur compte. Un business dont tous profitent, sauf les victimes collatérales, dont le destin et la vie ont souvent basculé sous le poids de ce système.

Avec le phénomène TROMP, les nombreux coups de téléphone du président MACRON n'ont réussi à faire évoluer d'un iota l'impétueux milliardaire américain, avant tout soucieux de "tenir ses promesses" de campagne, quelles qu'en soient les conséquences !

Tromp enterre l'accord avec l'Iran (et tout le reste), la "diplomatie de la séduction" de Macron mise en cause. L'opposition éreinte la stratégie du président français qui prépare pourtant une riposte coordonnée au retrait américain. Jusqu'au bout, Emmanuel Macron aura fait tout ce qu'il a pu pour convaincre son "ami" Donald Trump de renoncer à retirer les États-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien. Mais comme pour les accords de Paris sur le climat, ni la prestigieuse visite d'État à Washington ni les nombreux coups de téléphone du président français n'ont réussi à faire évoluer d'un iota l'impétueux milliardaire américain, avant tout soucieux de "tenir ses promesses" de campagne, quelles qu'en soient les conséquences. Un désaveu de plus pour la stratégie diplomatique française que l'opposition, de l'extrême gauche à l'extrême droite en passant par le Parti socialiste et Les Républicains, n'a pas manqué de souligner depuis mardi soir.

France : Mobilisation contre l’expulsion d’un Guinéen homosexuel menacé dans son pays. L’imam de la grande mosquée de Koloma, interrogé, explique que « l’Islam condamne non seulement l’adultère mais, elle condamne plus sévèrement encore l’homosexualité… C

France : Mobilisation contre l’expulsion d’un Guinéen homosexuel menacé dans son pays. L’imam de la grande mosquée de Koloma, interrogé, explique que « l’Islam condamne non seulement l’adultère mais, elle condamne plus sévèrement encore l’homosexualité… Ce sont des pratiques sauvages.

« Faut-il abandonner Vincent Bolloré ? »

L’éditorialiste camerounaise Marie-Roger Biloa répond au milliardaire français, qu’elle accuse de s’accommoder de pratiques préjudiciables au développement de l’Afrique.

Il aurait mieux fait de se taire. La tribune « Faut-il abandonner l’Afrique ? » signée par Vincent Bolloré dans Le Journal du dimanche (JDD) du 29 avril a été reçue comme une provocation par bien des observateurs subsahariens qui pourraient, du coup, alimenter une série de « rectificatifs » concernant l’image que veut se donner l’homme d’affaires français en Afrique. A l’origine, l’annonce inattendue de sa garde à vue puis de sa mise en examen par le parquet financier de Nanterre, près de Paris, pour des pratiques imputées à son groupe et jugées répréhensibles par la justice française. Cette séquence aura été précédée d’une longue guérilla judiciaire lancée par un autre homme d’affaires français contre Vincent Bolloré, qu’il accuse de l’avoir spolié en Guinée. On peut se référer avantageusement aux enquêtes minutieuses du Monde publiées sur le sujet.