Pin It

Le dernier classement Bloomberg a livré son verdict et l'Afrique s'inscrit désormais dans le sillage des continents qui impactent la marche du monde économique.

Le magnat nigérian Aliko Dangote, classé par

(Le magnat nigérian Aliko Dangote, classé par "Forbes" comme l'homme le plus riche d'Afrique, fait partie des cinquante personnalités les plus influentes du monde, selon Bloomberg.  © AFP PHOTO/PIUS UTOMI EKPEI)

Cette année, trois Africains et quatre Français se distinguent parmi la cinquantaine de personnalités les plus influentes. Un record depuis la création de ce classement en 2011. De prime abord, cela semble peu au regard des 29 Américains, mais c'est tout de même proche des 6 Chinois. La première place est occupée par Janet Yellen, présidente de la Fed, la Réserve fédérale américaine, tandis que son homologue européen Mario Draghi, président de la Banque centrale européenne (BCE), n'arrive qu'en quatorzième position. Notons l'absence totale de chefs d'État africains. Idem du président français, contrairement au Chinois Xi Jinping (2e), à l'Américain Barack Obama (6e), à l'Allemande Angela Merkel (9e), au Premier ministre indien Narendra Modi (13e) et au pape François (31e).

Tidjane Thiam, directeur général de Credit Suisse, a fait entrer l'Afrique dans le classement Bloomberg en 2012. © AFP/Boris Horvat)

Le continent africain est représenté par l'homme le plus riche d'Afrique, le Nigérian Aliko Dangote (41e), parti du ciment pour s'étendre dans l'agroalimentaire, l'immobilier ou encore le secteur bancaire, ainsi que par le milliardaire anglo-soudanais Mohammed « Mo » Ibrahim (48e), à la tête d'un empire des télécommunications et de la fondation éponyme. Et par le Franco-Ivoirien Tidjane Thiam (23e) qui, le premier, a fait apparaître l'Afrique dans ce classement en 2012. À l'ancien CEO du Britannique Prudential devenu en juin dernier directeur général de Crédit Suisse, Jean-Claude Trichet, ex-gouverneur de la Banque de France et de la BCE, dira au moment de lui remettre la Légion d'honneur : « Vous êtes l'homme que la France peut regretter d'avoir laissé partir. » Il faut dire que, bien que major de l'école des Mines, Tidjane Thiam a expérimenté le fameux plafond de verre français. Il en a témoigné dans une contribution à l'ouvrage Qu'est-ce qu'être français de l'Institut Montaigne en 2009. « J'ai eu de la frustration quand l'un de mes camarades d'école devenu chasseur de têtes m'a avoué embarrassé qu'il a cessé d'inclure mon profil dans ses réponses à ses clients français, parce que la réponse invariablement était : profil intéressant et impressionnant mais vous comprenez... » Aujourd'hui, Tidjane Thiam a quitté la France, mais il n'est pas le seul. Parmi les cinquante du classement Bloomberg, il y aussi un autre Français, Renaud Laplanche (28e), qui a rejoint les États-Unis en 1999. Qu'en est-il autrement de la France ? Dans les classements précédents, la présence française oscillait entre un zéro pointé et deux. Aussi, depuis l'annonce de la liste, la presse hexagonale a encensé dans ses titres l'économiste Thomas Piketty (20e), l'entrepreneur Renaud Laplanche (28e) donc, fondateur de la plateforme de prêts entre particuliers LendingClub, et la directrice du FMI Christine Lagarde (38e)...

Par

Mamadou Lamarana LY pour maguinee.com