Laurent Gbagbo à la CPI : la défense veut profiter du procès pour "dévoiler la vérité"

La CPI a décidé jeudi de juger l'ex-président ivoirien pour crimes contre l'humanité commis durant la crise postélectorale de 2010-2011. Une décision saluée par la défense de Laurent Gbagbo, qui souhaite profiter de ce procès pour que "la vérité soit dévoilée".

Il y aura bien un procès Gbagbo à la Cour pénale internationale (CPI). "La chambre préliminaire de la CPI a confirmé, à la majorité, quatre charges de crimes contre l’humanité (...) à l’encontre de Laurent Gbagbo et l’a renvoyé en procès devant une chambre de première instance", a indiqué jeudi 12 mai la Cour dans un communiqué.

L'avocat de l'ex-chef de l'État ivoirien, Me Emmanuel Altit, a dit se féliciter de cette décision, affirmant que son client "voulait un procès" afin que "la vérité soit dévoilée". Le camp Gbagbo se dit en outre "en position de force juridique", l'un des trois juges qui a statué s'étant prononcé contre la tenue du procès en raison d'"éléments de preuve encore insuffisants". "Cet évènement sera l'occasion de faire de le procès de tous ceux qui ont déstabilisé la Côte d'Ivoire, de tous ceux qui avaient un intérêt à répandre la violence. En somme, des tenants de la Françafrique", a également réagi le conseil de l'ancien président auprès de Jeune Afrique.

Le porte-parole du gouvernement ivoirien, Bruno Koné, a lui salué le fait que la Cour "se donne les moyens de dire la justice". "On espère que cela va permettre de ramener de la sérénité chez tout le monde", a-t-il observé.

3 000 personnes tuées en 5 mois

Premier ex-chef d'État poursuivi par la CPI, Laurent Gbagbo, 69 ans, est accusé d'avoir fomenté une campagne de violences dans le but de conserver, en vain, le pouvoir à l'issue de la présidentielle de novembre 2010. Il assure en avoir été évincé en faveur de son rival Alassane Ouattara, à la suite d'un complot mis sur pied par la France, ancienne puissance coloniale en Côte d'Ivoire. "Ce procès sera celui de la Françafrique, de la manipulation, des arrangements, de ceux qui ont voulu une guerre pour servir des intérêts particuliers", a affirmé Me Altit. Plus de 3 000 personnes ont été tuées en cinq mois de violences.

Selon l'accusation, Laurent Gbagbo aurait, "conjointement avec les membres de son entourage immédiat", "ordonné, sollicité, encouragé ou contribué de toute autre manière" à l'accomplissement de quatre crimes contre l'humanité, à savoir meurtres, viols, actes inhumains et persécutions. Arrêté en avril 2011 par les forces pro-Ouattara appuyées par la France et l'ONU, Laurent Gbagbo avait été transféré à La Haye en novembre 2011. Il aurait voulu "rester au pouvoir par tous les moyens (...) par des attaques meurtrières soigneusement planifiées", ce que l'intéressé nie catégoriquement.

Un an de procédures préliminaires

 

Très attendue en Côte d'Ivoire, la décision de la CPI met fin à plus d'un an de procédures préliminaires destinées à déterminer si Laurent Gbagbo devait être jugé ou non. "Monsieur Gbagbo sait très bien que c'est sous sa responsabilité que beaucoup d'atrocités ont été commises en Côte d'Ivoire. C'est tout à fait normal qu'il soit jugé", a déclaré Joël N'Guessan, porte-parole du Rassemblement des républicains, le parti d'Alassane Ouattara. "Enfin, la justice internationale reconnaît notre existence", s'est de son côté félicité Issiaka Diaby, qui dirige un collectif de victimes.

Les juges avaient entendu en février 2013 les arguments des parties quant à la solidité du dossier. Insuffisamment convaincus par le procureur, les juges lui avaient demandé des éléments supplémentaires pour décider si un procès devait avoir lieu. Après avoir examiné plus de 22 000 pages de preuves et les déclarations de 108 témoins, ils ont finalement décidé de renvoyer Laurent Gbagbo devant une chambre de première instance.

"Justice des vainqueurs"

La CPI détient également Charles Blé Goudé, qui fut un homme-clé du régime Gbagbo à la tête du mouvement des "Jeunes patriotes". Lui aussi est soupçonné de crimes contre l'humanité, comme l'ancienne Première dame Simone Gbagbo, que le régime ivoirien a refusé de livrer à La Haye.

La CPI, comme la justice ivoirienne, ont jusqu'à présent inquiété le camp Gbagbo alors que, parmi les soutiens du président Ouattara, des ex-chefs de guerre sont également accusés de graves crimes. Les partisans de Laurent Gbagbo et des organisations de la société civile dénoncent donc une "justice des vainqueurs".

Laurent Gbagbo compte toujours de nombreux partisans en Côte d'Ivoire. Son parti, le Front populaire ivoirien (FPI), a confié dans un communiqué son "amertume face à une décision qui ne contribue guère à la réconciliation nationale". "Ce jeudi 12 juin est un jour triste pour la Côte d’Ivoire", a-t-il regretté.

(Avec AFP)

Afrique de l'Ouest: La peur et l'ignorance favorisent la propagation d'Ebola

Dakar — L'épidémie d'Ebola qui semblait faiblir en Afrique de l'Ouest est à nouveau en recrudescence. Les autorités attribuent cette rechute à l'ignorance et au manque d'expérience dans la lutte contre le virus.

Le nord sunnite de l'Irak aux mains de l'EIIL

Après la prise, mardi 10 juin, de Mossoul, la deuxième ville d'Irak, et de la province de Ninive, les combattants djihadistes de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) ont accéléré leur offensive éclair. Leurs colonnes de 4×4 ont foncé vers le sud, s'emparant au passage de la ville de Baji, siège de la plus importante raffinerie du pays, et de Tikrit, la capitale de la province de Salaheddine.

En Afrique, les constructeurs indiens passent à la vitesse supérieure.

Mahindra, Tata, Maruti, Bajaj... Les marques du sous-continent lorgnent de plus en plus l'Afrique pour y écouler leurs productions. Voire y implanter directement leurs usines. Ford Figo, Toyota Etios, Honda Brio, Swift et Dzire..

Racisme : enquête au sein de la police française au sujet d'une "soirée negro"

Scandale en vue au sein de la police nationale française ? Une enquête administrative a été ouverte en fin de semaine dernière afin d'examiner le comportement de policiers qui auraient organisé une soirée privée baptisée "négro". La principale activité y aurait été de se moquer des Noirs.

Moyen-Orient, que se passe-t-il en Irak ?

Mercredi, environ cinq cent mille civils fuyaient la ville de Mossoul, selon l’Organisation internationale pour les migrations, après sa reprise hier mardi par le groupe armé appelé l’État islamique en Irak et au Levant (EIIL). Ces djihadistes ciblent les villes sunnites et multiplient les attentats-suicides.

Coupe du monde au Brésil: ce qui se passe est indécent

Il y a quelques années, je me réjouissais de la désignation du Brésil comme pays organisateur. Depuis la réalité nous a tous rattrapés. Ce qui se passe est indécent, et la demande de Michel Platini de mettre en pause les manifestations pendant le mondial l'est tout autant. Mais le sport business est à l'image de la société. On est revenu à des siècles auparavant.

Guinée : évènements du 28 septembre les révélations du général Sékouba Konaté

C’est une information qui a fait l’effet d’une petite bombe à Conakry. L’ancien président de la transition, le général Sékouba Konaté, affirme – au site en ligne Guinéenews – avoir déposé à la Cour pénale internationale (CPI) une liste des commanditaires du massacre du stade de Conakry, le 28 septembre 2009.

La recette de Christine Lagarde pour protéger les dettes souveraines africaines

La patronne du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde, a exprimé ses craintes sur la progression à vitesse de croisière des volumes d’emprunts obligataires des pays africains. Leur taux de recours aux marchés financiers est passé de 5,63% en 2012 à 8,63% fin avril 2014. À qui profite donc la dette souveraine africaine estimée à plus de 11 milliards de dollars ?

Guinée : 57 millions d'euros de l'UE pour la réalisation des infrastructures routières

Le chef de délégation de l'Union européenne (UE) en Guinée Philipe Van Damme a annoncé mardi le déblocage de 57 millions d'euros pour la réalisation des infrastructures routières dans les régions du sud de la Guinée.