GUINEE CODEV - Sékouba Konaté -  
Ismaël Bah
Sékouba Konaté - Ismaël Bah


Sékouba Konaté n’était absolument pour rien de l’arrivée de Monsieur Alpha Condé à la tête de notre Pays en 2010. La Diaspora Guinéenne de France, la France de Bernard Kouchner de Alain Joyandet, l’Europe, et la Communauté Internationale avait déjà décidé.

Il faut commencer par dire sans ambages que nous avons tous soutenu Alpha Condé aux élections Présidentielles de 2010 Pourquoi ?
D’abord Alpha Condé était l’homme de la situation parce que, il a passé toute sa vie durant à se battre pour la démocratie en Guinée. Les militants du RPG ont été chassés de l’administration, certains tués, d’autres emprisonnés, les élections bidouillés et lui-même mis en prison. Nantou Chérif sait pertinemment à cette époque-là, les actions que nous avons menées auprès de Jacques Chirac pour faire libérer.

Oui, Alpha Condé était l’homme de la situation, parce que c’était la victime. Enfin, Alpha Condé était l’homme de la situation, parce que cet homme n’avait jamais gouverné, il n’avait pas les mains sales, c’était l’homme de la situation tout simplement c’était un homme neuf.
Aujourd’hui, il faut le dire très clairement que nous nous sommes trompés !

GUINEE CODEV - Rencontre de sensibilisation auprès de la communauté européenne

GUINEE CODEV - Rencontre de sensibilisation auprès de la communauté européenne

En effet, nous nous sommes trompés trop longtemps sur le rôle et l’intelligence de Monsieur Condé. Nous avons négligé la substance de l’homme. Nous avons cru que la virtuosité des âmes basses pouvait aider au triomphe des causes nobles, que l’égoïsme habile pouvait exalter l’esprit de sacrifice, que la sècheresse de cœur pouvait, par le vent des discours, fonder la fraternité ou l’amour. Nous avons négligé l’être Alpha Condé qui a profité de la situation, aussi habilement utilisé son ethnie.
La graine de cèdre, bon gré mal gré, deviendra cèdre. La graine de ronce deviendra ronce, la graine de Néré, deviendra Néré. Oui on s’est trompé sur l’homme, sur ses paroles comme sur la direction de ses actes. Nous mesurons le poids de la responsabilité que nous lui avons confié. Nous prenons l'engagement devant vous de mettre toute notre énergie et tout notre enthousiasme au service de cette seule cause : faire respecter notre constitution. Il faut afficher une claire détermination et prendre les moyens de donner toute leur place à tous les Guinéens. La possibilité qu'il y ait une alternance politique est l'une des conditions nécessaires à la démocratie. Rappelons-nous que l'esprit de la démocratie, telle que nous la concevons, ce n'est pas de photographier dans le détail toutes les nuances de l’ethnie; c'est de permettre aux citoyens de choisir, en toute connaissance de cause, le oubles élus qui vont les gouverner. La vraie démocratie, c'est naturellement de respecter l'expression des minorités aussi, ce n'est pas de les mettre en situation de défaire les majorités au gré de combinaisons de circonstance.
Heureusement, la nature humaine est ainsi faite qu'aucune tempête ne parvient à éteindre la petite flamme de l'espérance au fond de nos cœurs. Et nous avons besoin de cette espèce d'hommes qui ne renoncent pas. Vous me direz que nos contemporains les cherchent sans doute ailleurs que dans le monde politique, parmi les sages si l'on est optimiste, les Marabous ou les caïds si on l'est moins. Je continue à croire que la politique et les politiques ont un rôle à jouer dans cette recherche, qu'ils peuvent et qu'ils doivent, à leur place et dans leur sphère, donner du sens à l'aventure collective, montrer qu'à la fracture on peut répondre par la réconciliation. Oui ! Je crois qu'une fois réglés tous ses problèmes de bataille du stricte respect de notre constitution, l'alternance doit être beaucoup plus qu'une simple machine, qu'elle doit être porteuse d'un message de réconciliation. Proposons aux Guinéens de refuser ce qui divise et conduit à l'affrontement ! Proposons-leur de cultiver ce qui rapproche et prépare la réconciliation ! Nous avons de grandes choses à accomplir ensemble, pour faire vivre la démocratie dans notre Pays.
GUINEE CODEV - Rencontre de sensibilsation auprès de la communauté européenneNotre seule ambition, je vous l'ai dit, pour les deux prochaines années, c'est de réussir l'alternance avec tous les guinéens. Puis d'autres temps viendront. Nos compatriotes prendrons leurs responsabilités et choisir celui ou celle qui lui paraîtra le mieux à même de gouverner notre pays. Et celui-là ou celle-là aura naturellement notre soutien.
Mais d'ici là, nous avons tant à faire ! Alors, ne nous dispersons pas. Mettons toutes nos forces en marche pour expliquer, relayer, défendre si besoin est, y compris par la force notre constitution.  Autant de défis excitants pour notre pays, autant de perspectives enthousiasmantes pour notre avenir personnel et collectif. Si elle situe ses ambitions à cette hauteur, le Front aura un rôle historique à jouer : elle peut réconcilier les Guinéens et la politique. Pour y parvenir, il nous faudra faire preuve de deux qualités rares, de deux vertus cardinales : la capacité d'écoute et d'explication ; le sens de l'intérêt général.
Si nous voulons vraiment réconcilier les Guinéens et la politique, nous devrons  les convaincre que nous saurons aussi prendre des décisions courageuses parce que nous aurons la conviction qu'elles sont bonnes pour la nôtre Pays. Mes amis, ne nous y trompons pas, l'aventure que nous allons vivre ensemble sera exigeante. Nous avons le devoir de la réussir. La réussite dépendra de nos comportements. C'est pourquoi, je vous appelle à dépouiller le vieil homme politique, avec ce qu'il portait en lui de jalousie, d'esprit de division ethnique, de rivalité, d'intolérance ou d'immodestie.


C’est pour toutes ces raisons que j’ai décidé de travailler avec notre compatriote, le Général, Président Sékouba Konaté.
Vive la République
Que dieu Bénisse la Guinée et tous les Guinéens.

Ismaël Bah