Le site des Guinéens

pour la Démocratie et le Développement

Batailles d’influences pour la maîtrise de l’Union africaine

La Commission de l’institution panafricaine doit élire en janvier 2017 son nouveau président.
Cinq prétendants se disputent le soutien des chefs d’Etat du continent.

C’est une élection parmi les plus importantes du continent africain que les cinq candidats en lice préparent sans tambour ni trompette. Fin janvier 2017, les chefs d’Etat africains éliront à Addis-Abeba (Ethiopie) l’homme ou la femme qui succédera à la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma à la présidence de la Commission de l’Union africaine (UA). Depuis plusieurs mois, cette élection, qui devait se tenir en juillet à Kigali et a été reportée, donne lieu à des négociations feutrées dans les palais présidentiels ou les coulisses de sommets internationaux. Elle se prête à des alliances inédites et à des ruptures tout aussi inattendues, à des déclarations enflammées et à des coups bas. Et pour cause : en jeu, la direction de l’organe le plus stratégique de l’organisation panafricaine.

L’offensive kényane

Cinq candidats se présentent : quatre ministres des affaires étrangères du Tchad, du Kenya, de Guinée équatoriale et du Botswana ainsi qu’un diplomate intellectuel sénégalais. Et en ce mois de novembre, la machine diplomatique kényane est mobilisée pour promouvoir la candidature de sa ministre des affaires étrangères, Amina Mohammed. Nairobi dit vouloir renoncer au poste de vice-président – qui lui revient depuis plusieurs années – et claironne avoir déjà recueilli les promesses de vote de vingt Etats d’Afrique de l’Est et d’Afrique australe. Pourtant, les quinze ministres des affaires étrangères de la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC) ont rappelé en octobre soutenir une autre candidate, la ministre des affaires étrangères du Botswana, Pelonomi Venson-Moitoi.
Avec empressement et enthousiasme, la communication du gouvernement kényan n’hésite pas à annoncer que même l’Algérie, le Nigeria et la Sierra Leone s’apprêteraient à voter pour Amina Mohamed. A Marrakech, en marge de la COP22, le chef d’Etat kényan Uhuru Kenyatta n’a cessé de vanter les qualités de sa ministre. Son vice-président, William Rutto, a, lui, reçu un accueil mitigé lors d’une récente tournée de campagne en Afrique occidentale et centrale, notamment au Tchad qui, contre toute attente, a son propre candidat.

La surprise tchadienne

Le 21 octobre, le ministre tchadien des affaires étrangères, Moussa Faki Mohamet, a en effet annoncé sa candidature. Au dernier moment, ce diplomate expérimenté est venu bouleverser l’équilibre de cette campagne et amoindrir les chances déjà faibles de son homologue équato-guinéen, Agapito Mba Mokuy, candidat issu de la même sphère géographique. L’Afrique centrale a désormais deux candidats, même si Malabo n’exclut pas un compromis de dernière minute avec N’Djamena.
Mais c’est en Afrique de l’Ouest que la candidature inopinée du chef de la diplomatie tchadienne a vraiment surpris. A commencer par le Sénégalais Abdoulaye Bathily qui pense pouvoir compter sur la majorité des chefs d’Etat d’Afrique de l’Ouest, à l’exclusion de la Gambie de Yayah Jammeh, hostile à Dakar. Intellectuel respecté, ancien ministre et représentant spécial du secrétaire général des Nations unies pour l’Afrique centrale, cette figure panafricaniste de gauche qui a ses entrées sur le continent avait cru sur parole le président tchadien Idriss Déby lorsque ce dernier l’avait assuré de son soutien. Par ailleurs, la Guinée, le Ghana et le Nigeria, trois poids lourds de la région, n’ont pas encore fait connaître leur choix.
La soudaine apparition du chef de la diplomatie tchadienne sur la liste des prétendants à la présidence de la Commission de l’UA laisse apparaître des germes de division en Afrique francophone. Ainsi, au Niger, le président Mahamadou Issoufou est confronté à un choix difficile : privilégier son ami de longue date, Abdoulaye Bathily, ou son allié, voisin et sauveur, le Tchadien Idriss Déby Itno qui avait accepté en juin de mobiliser près de 2 000 soldats pour combattre Boko Haram sur le sol nigérien.
Si le président tchadien a fini par présenter l’un de ses proches à la dernière minute, c’est, selon plusieurs sources, sur pression d’une puissance africaine redoutée dans le Sahel : l’Algérie.

L’Algérie et le Maroc s’affrontent indirectement

Pour Alger, la candidature d’Abdoulaye Bathily, adoubé par le chef d’Etat sénégalais, Macky Sall, est perçue comme un montage et un cheval de Troie du Maroc. Rabat est déterminé à reprendre sa place au sein de l’organisation panafricaine qu’elle avait quittée en 1984 après l’admission de la République arabe sahraouie démocratique (RASD).
Sensible au rôle de l’Algérie dans les luttes pour les indépendances qu’il a accompagnées, Abdoulaye Bathily pâtit des positions maladroites de son chef d’Etat. Macky Sall a plaidé, lors du 27e sommet de l’UA à Kigali, en juillet, en faveur d’une exclusion de la RASD et a cornaqué le groupe de 28 Etats ayant signé une motion pour « réclamer la suspension des activités de la RASD » au sein de l’organisation. Aucun pays francophone de la zone Sahel n’a pris le risque de soutenir cette initiative qui reviendrait à trahir l’Algérie, dont les diplomates dirigent depuis sa création le Conseil de paix et de sécurité de l’UA. Des émissaires algériens se sont discrètement rendus à Abuja, au Nigeria, en octobre, pour tenter de dissuader le président Muhammadu Buhari de convoiter le poste de commissaire à la paix et à la sécurité. En vain.

 

C’est l’autre élection cruciale du 28e sommet de l’UA, prévu fin janvier 2017 à Addis-Abeba. « Il faut comprendre qu’on est pris à la gorge par les Algériens dont les services peuvent déstabiliser le septentrion de nos pays », confie un diplomate sahélien. En marge du sommet de l’UA sur la sécurité maritime qui s’est tenu en octobre à Lomé (Togo), le président malien Ibrahim Boubacar Keïta avait du mal à contenir sa colère lors d’un entretien sur la situation du nord de son pays avec le premier ministre algérien, Abdelmalek Sellal, et le ministre des affaires étrangères, Ramtane Lamamra, diplomate parmi les meilleurs d’Afrique, un temps pressenti pour briguer la présidence de la Commission de l’UA. Les rencontres de l’ombre se sont multipliées : les Algériens ont échangé avec Macky Sall et Abdoulaye Bathily pendant qu’Idriss Déby Itno présentait Moussa Faki Mohamet à ses homologues de Guinée, du Congo ou du Kenya.

« L’UA tiraillée entre pragmatisme et idéologie »

Le roi Mohammed VI, lui, n’a cessé de donner des gages de son africanité ces derniers mois. Il a consacré la moitié de ses investissements directs à l’étranger au continent où il a récemment multiplié les tournées au sud du Sahara. Avec habileté, il s’est tourné vers l’Afrique de l’Est, où l’Algérie cherche aussi des soutiens pour son candidat tchadien. Le souverain chérifien s’est rapproché du président rwandais, Paul Kagame, chargé d’établir un plan de réforme de l’UA très attendu. Mohammed VI caresse l’idée de former avec M. Kagame un axe de « pragmatiques » capable de proposer une alternative au traditionnel axe « idéologique » porté notamment par Alger et Pretoria, les deux poids lourds de l’UA.
« Le panafricanisme institutionnel de l’UA doit aller au-delà du politique et du militaire » (...)
Le 28e sommet de l’UA qui se tiendra à Addis-Abeba sera crucial et pourrait marquer un tournant. Pas seulement pour cette élection du président de la Commission de l’UA qui donne lieu à une âpre bataille d’influence sur fond de retour du Maroc dans la « famille africaine ». Il y a fort à parier que les chefs d’Etat s’accorderont, comme par le passé, sur un candidat qu’ils pourront maîtriser, dompter ou, au besoin, écraser. Le prochain élu devra redoubler d’efforts pour se faire entendre, pour contribuer à relever les défis du continent et pour reconnecter une organisation technocratique avec les attentes des peuples. L’Organisation de l’unité africaine, créée en 1963, devenue Union africaine en 2002, se débat pour se renouveler et entrer dans une nouvelle ère en 2017.
www.lemonde.fr/afrique/

Inscription AELY

Elèves du Lycée de Yembering?

Adhérez à  l’Association des Élèves du Lycée de Yembering

et Sympathisants.

Rejoignez-nous!

Opération de distribution de vêtements et de matériels scolaires - octobre 2016

GuineeCODEV - Distribution

Compte rendu d'activités de  l’ONG Guinée Codéveloppement


Ismael BAH

Lire le compte rendu...

Remise officielle des équipements sportifs


 

collectés auprès des administrés de la Mairie de Levallois Perret au bénéfice de la jeunesse de Ratoma.
C'est en présence des autorités Guinéenne et environ 600 personnes de la Commune de Ratoma que cette distribution à eu lieu.
Nos remerciements à Mr le député Maire, à Madame Laurence BOURDET-MATHIS (Adjoint au maire délégué au sport de la ville de Levallois) et aux dirigeants de Levallois Sporting Club pour la réalisation de cette grande collecte.

Voir toutes les photos...

Ratoma-Levallois Football Club

Guinée-Ratoma-Levallois FootballClub-Fathy Pouponne -Equipe technique
Mme Fathy Pouponne et l'Equipe Technique

 

Guinée-Ratoma-Levallois FootballClub-Les equipes au complet et les entraineurs
Les Equipes au complet et les Entraineurs

Recherche dans le site

Login Form